Oct
13
Oct 14

Etat de l’art urbain, Oxymores III les 13 et 14 octobre 2016

Colloque organisé par le ministère de la Culture et de la Communication et l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense

Etat de l’art urbain, Oxymores III 13 et 14 octobre 2016 Grande Halle de la Villette, Paris Salle Boris Vian
9h : Mot d’accueil par les équipes de la Villette. Ouverture par Pierre Oudart, Directeur adjoint de la création artistique, ministère de la Culture et de la Communication, et Thierry Dufrêne, professeur à l’université Paris Ouest Nanterre La Défense.


Jeudi 13 : Les scènes urbaines, une histoire de l’art dans la rue Le premier jour est consacre à l’histoire et la réinscription de ces manifestations artistiques dans l’histoire de l’art. Seront données à voir et à comprendre les scènes qui ont été actives dans les dernières décennies, les œuvres, les documents choisis par les intervenants.


9h30-11h30 : Avant-propos et présentation des principales scènes urbaines par Stéphanie Lemoine, journaliste, Christian Omodeo, chercheur et commissaire d’exposition et Hugo Vitrani, commissaire associé au Palais de Tokyo et journaliste Cet avant-propos permettra de présenter l'art urbain dans toute la diversité de ses expressions, mais aussi d’exposer les problématiques et débats qui structurent ce champ créatif.

Invités : -    Jean Faucheur, artiste (Paris) -    Ilaria Hoppe, chercheuse (Linz, Autriche) -    Pedro Soares Neves, graphiste, designer, enseignant (Lisbonne, Portugal) -    Magda Danysz, galeriste et critique d’art (Paris) -    François Chastanet, architecte et graphiste (Bordeaux) -    RCF1, artiste, (Paris) -    Valériane Mondot, consultante (Paris)

11h30-13h : table-ronde 1 : Boîte à outils / Outils conceptuels Modérateur : Thierry Dufrêne, historien de l’art, (Paris) Quels outils pour décrire, analyser, comparer, définir l’art urbain ? Dans cette séquence, il sera procéde à un décadrage chronologique et thématique pour aller vers une approche plus transversale de la pratique. Comment aborde-t-on, sur un large spectre chronologique, les questions de l’empreinte, de la marque, de la signature, du graffiti de la prolifération des signes? Des spécialistes s’en entretiennent en confrontant leurs outils et méthodes à l’art urbain.

Invités : -    Jérémie Koering, historien de l’art (Paris) -    Béatrice Fraenkel, anthropologue (Paris) -    Frédéric Keck, historien de la philosophie et anthropologue (Paris) -    Rémi Labrusse, historien de l’art (Paris) -    Ralf Marsault, photographe et anthropologue (Berlin, Allemagne) -    Patrice Poch, artiste (Paris)

14h30-16h : table-ronde 2 : L'art urbain à l'ère des réseaux numériques Modérateur : Stéphanie Lemoine, journaliste et critique d’art Entre Street Art, nouveaux médias et urban hacking, cette table ronde analyse l’impact de la révolution numérique sur les modes opératoires et l’esthétique des artistes urbains, leur relation au contexte, aux publics, aux institutions, à la sphère économique, au droit... Elle étudie l’influence de la culture Internet, et tout particulièrement des réseaux sociaux et du « libre », sur un mode d’expression de plus en plus façonné par les nouvelles technologies de l’information et de la communication.

Invités : -    Christophe Genin, professeur de philosophie de l'art et d'études culturelles (Paris) -    Émile Abinal, producteur et directeur de l’atelier JR (Paris) -

16h30-18h : table-ronde 3 : Le droit à la rue/le droit de la rue Modérateur : Emmanuel Moyne, avocat à la Cour (Paris)
L’illégalité est l’une des caractéristiques de l’art urbain ; revendiquée ou subie, elle en détermine l’esthétique et permet – au moins originellement – de le distinguer d’autres formes de création dans l’espace urbain, dont l’art public et le muralisme. Le caractère souvent délictueux de ces interventions explique que certains artistes (pas seulement issus du graffiti) aient vu leur carrière jalonnée d’arrestations, de sanctions et parfois de procès – alors que leurs œuvres peuvent être protégées – et le sont souvent – au titre du droit d’auteur. Cette reconnaissance du caractère artistique de la plupart des œuvres créées dans la rue est de nature à brouiller le régime juridique de l’art urbain. En confrontant droit pénal et droit de la propriété intellectuelle, ne risque-t-elle pas de le placer dans une « zone grise » où les qualités esthétiques de l’œuvre et le degré de notoriété et de popularité de son auteur sont susceptibles d’influencer considérablement l’institution judiciaire ? Toutes les interventions urbaines se valent-elles au regard du droit et de la loi ?

Invités : - Pascale Suissa-Elbaz, cheffe du bureau des affaires juridiques, Direction générale de la création artistique (Paris)  -    Maître Jean-François Jésus, avocat (Paris) -    Cokney, graffeur et tatoueur (Paris) -    Karim Boukercha, graffeur, journaliste et écrivain (Maroc, Paris) -    Fancie SDK, artiste (Paris) - Lokiss, artiste (La Souterraine)  -  Benjamin Gaulon, artiste (Paris)  -  Katja Glaser, chercheuse (Cologne, Allemagne)

20h-22h : projection de films Oxymores / Cristobal Diaz (version courte), Les impressionnés de Rouen / Olivier Landes et Vincent Laborde (version courte), 1973 NYC / Marc Aurèle, Mausolée / Lek & Sowat et Kan, etc.

Vendredi 14 : Face à la rue, et après ? Le second jour traite de questions politiques et contextuelles et sociologiques et topologiques (quelle rue, à qui est la rue ?) au regard de la question artistique (ce dont nous héritons, du patrimoine, de l’artisticité des expressions urbaines) et de ce qu’il est possible encore de faire. Il s’interroge aussi sur l’intérêt grandissant pour l’art urbain aujourd’hui (les festivals, le marché, les institutions) : graffitis vandales, graffitis vendus ?

9h30-11h : table-ronde 4 : La rue, un enjeu politique Modérateur : Maud Le Floc’h, urbaniste, directrice du pOlau-pôle des arts urbains Quelles que soient ses formes d’expressions, l’art urbain peut se lire comme une réaction à l’aménagement du territoire par les experts de l’urbain – élus, urbanistes, aménageurs, promoteurs...- et comme l’exercice d’un droit à la ville potentiellement émancipateur. Aussi a-t-il été tenu dès l’origine pour un art subversif, sinon pour une « insurrection par les signes » contre le fonctionnalisme, l’hégémonie publicitaire et la fabrique autoritaire, « verticale », de la ville. Comment expliquer cette évolution ? Quel effet a-t-elle sur les pratiques et sur l’esthétique urbaine ? Inaugure-t-elle une nouvelle manière d’aborder la commande publique dans un contexte d’évolution des modes de production urbaine ? Dans un tel contexte, à quelles conditions l’art urbain peut-il demeurer une mise en question et un contrepoint à la fabrique ordinaire de la ville ?

Invités : -    Rafael Schacter, anthropologue, chercheur et critique d’art (Londres, Royaume-Uni) -    David Demougeot, directeur de Bien Urbain (Besançon) -    Roti, artiste (Paris)

11h30-13h : table-ronde 5 : Faire l’histoire / garder les traces, transmettre la mémoire Modérateur : Christian Omodeo, chercheur et commissaire d’exposition
Comme tout art transitoire (du happening au Land Art en passant par le tatouage), l’art urbain s’affronte à la question de sa documentation et de sa conservation. Dans son cas, l’archivage des traces est compliqué à la fois par l’illégalité des pratiques, par l’amateurisme des pratiquants et par la relative rareté, jusqu’à une époque récente, des études universitaires, parutions et médias spécialisés sur le sujet. Sous quelles formes conserver l’art urbain ? Comment se documentent ces pratiques et qui les documentent ? Quelles sont leurs archives ? De quelles évolutions l’essor des technologies numériques est-il porteur en matière d’archivage, de documentation, de diffusion ? Heba Y. Amin, artiste et chercheuse (Le Caire, Berlin),  Gérard Paquet, président de Planètes Émergences et Inouk Moncorgé, directeur général de SRL2 (Marseille) Élise Herzkowicz, directrice d’ Art Azoï (Paris)

Invités : -    Carlo McCormick, critique d’art (New York, États-Unis) -    Yasha Young, directrice d’Urban Nation (Berlin, Allemagne) -    Nicolas Gzeley, journaliste (Paris) -    Roland May et Alain Colombini, directeur et chimiste du CICRP (Marseille) et Claire Calogirou, conservatrice au MuCEM (Marseille)

14h30-16h : table-ronde 6 : L’école de la rue Modérateur : Hugo Vitrani, commissaire associé au Palais de Tokyo et journaliste La rue est inscrite de manière irréversible dans l’histoire de l’art. Certains artistes ont fait leurs armes dans la rue comme d’autres ont fait l’école des Beaux Arts. Certains ont fait les deux simultanément. D’autres se sont inspirés de la rue pour élaborer des œuvres d’atelier qui s’intéressent à l’urbanisme, à la ruine, à l’illégalité, à la marginalité, à la politique... Comment la rue façonne-t-elle l’imaginaire des artistes ? Que reste-t-il de la rue dans les œuvres de ceux qui, venus à la création artistique via leurs interventions urbaines, se sont ensuite affranchis de leur cadre d’intervention originel ? Comment la rue peut-elle se déployer dans l’atelier ? Comment la rue peut-elle devenir atelier ? Pour reprendre la question posée par Daniel Buren, « Comment à force de descendre dans la rue, l’art peut-il enfin y monter ? ».

Invités : -    Olivier Kosta-Théfaine, artiste (Rome, Italie) -    Antwan Horfée, artiste (Paris) -    Aline Bouvy, artiste (Bruxelles, Belgique) -    SKKI, artiste (Paris)  -    Philippe Baudelocque, artiste (Paris)


16h-17h : Synthèses -    Thierry Dufrêne -    Lek & Sowat, artistes (Paris) -    Dominique Aris, cheffe de projet pour l’art dans l’espace public, DGCA (Paris) - -    Isabelle Delamont, conseillère arts plastiques, DRAC Île-de-France (Paris)  Guy Tortosa, inspecteur de la création, DGCA (Paris)


17h : Intervention de Jean-François Balaudé, Président de l’Université de Paris Ouest Nanterre la Défense. Clôture par Régine Hatchondo, Directrice générale de la création artistique, ministère de la Culture et de la Communication.

 

Oct
6
Oct 7

« Sauve-toi, la vie t’appelle » Journées Boris Cyrulnik

Les 6 et 7 octobre 2016 au Mucem
Un partenariat Planète Emergences - Mucem « Marseille retrouve le Nord » 2016

"Tout rêve d'avenir métamorphose la manière dont on éprouve le présent."
Boris Cyrulnik

photo: ©DRFP

photo: ©DRFP


Face à un monde en pleine mutation, où les haines, les peurs et la folie, parfois meurtrière, semblent se déchaîner, comment sortir de l’hébétude et retrouver le fil du sens ? Faire entendre, le plus largement possible, des penseurs qui réfléchissent aux transformations qui bousculent nos sociétés, faire circuler leur parole pour susciter la discussion, voilà deux préoccupations majeures de Planète Emergences depuis sa création en 2000.
En 2014, Planète Emergences vous invitait à examiner l’idée de « village planétaire » forgée par le théoricien des médias Marshall McLuhan, et à échanger sur les conséquences sociales de l’arrivée du numérique dans nos vies avec le philosophe Bernard Stiegler, au Théâtre du Merlan, scène nationale de Marseille. Depuis l’an dernier, nous cheminons avec Boris Cyrulnik : nous l’avions invité en novembre 2015 à venir parler de la résilience culturelle à l’IRTS (Institut régional du travail social), au pôle des Flamants. La rencontre avait donné lieu à des échanges très riches entre les étudiants de l’IRTS et le célèbre neuropsychiatre.
Cette année, c’est au Mucem, les 6 et 7 octobre prochains, que nous vous invitons à rencontrer Boris Cyrulnik et à découvrir sa pensée et les éclairages qu’elle peut apporter sur les bouleversements de notre époque. Cet événement, organisé en partenariat avec le Mucem, sera la première pierre du temps fort annuel de Planète Emergences, « Marseille retrouve le Nord ». Les paroles des 16 intervenants, psychiatres, philosophes, scientifiques ou artistes qui participeront à ces journées sont destinées à nous aider à comprendre notre époque et nos contemporains, et à tenter d'imaginer le monde que l'on veut construire.

Programme des journées B. Cyrulnik:

Les quatre tables rondes se dérouleront au Mucem,
dans l'auditorium Germaine Tillion
(7 Promenade Robert Laffont, 13002 Marseille)
Entrée libre sans réservation, dans la limite des places disponibles

* Première journée / jeudi 6 octobre
La personne humaine – naissance et développement sous le signe du lien

> Table ronde 1
De l’éthologie animale à l’éthologie humaine
10h-13h

L’une des grandes originalités de la pensée de Boris Cyrulnik est d’avoir introduit l’éthologie animale dans l’étude du comportement humain : l’approche conjointe de l’homme et de l’animal est-elle indispensable à une compréhension globale de la dimension humaine?

Boris Cyrulnik dialogue avec Claude Béata (vétérinaire comportementaliste), Vinciane Despret (philosophe et éthologue), Marie Anaut (psychologue clinicienne) et Pierre Bustany (neurophysiologiste et neuropharmacologue)

Modérateur : Philippe Brenot (psychiatre et anthropologue)

> Table ronde 2
La construction de la personne
15h-18h

L’enfant se construit dans la confrontation à la société par une série de liens et d’interactions positives ou négatives, entre attachements, sentiments et agressions. Comment notre environnement affectif et social permet-il de dépasser les traumas et de se construire en tant que personne?

Boris Cyrulnik dialogue avec Gérard Ostermann (psychothérapeute), Daho Djerbal (historien), Somayeh Khajvandi (sociologue) et Gérard Jorland (philosophe, historien des sciences)

Modérateur : Philippe Brenot (psychiatre et anthropologue)


* Deuxième journée / vendredi 7 octobre
La personne humaine dans ses mondes

> Table ronde 3
Le monde bouleversé
10h-13h

On dit généralement que le monde a changé, mais c’est beaucoup plus que ça : il est bouleversé ! Sous les effets cumulés de l’évolution des techniques et de la révolution de la mondialisation, c’est une véritable métamorphose qui est à l’œuvre. Un défi à notre humanité qui nous impose d’inventer de nouvelles manières d’être ensemble. Institutions, pensée, environnement, rapports hommes/femmes… Comment s’adapter à ce monde qui se transforme?

Boris Cyrulnik dialogue avec Patrick Viveret (philosophe, essayiste), Jean-Paul Delevoye (ancien médiateur de la République et ancien président du Conseil Economique et Social), Youssef Courbage (démographe, sociologue), Philippe Brenot (psychiatre et anthropologue)

Modérateur : Gérard Paquet (président de Planète Emergences)

> Table ronde 4
Un monde à écrire pour le construire
15h-18h

https://youtu.be/2GU8n0Ciajg?list=PLV8AeRh7xO8Cp6yAuVXzvMB5aBnaUiLl2

Entre philosophie, arts plastiques et littérature, il s’agit ici d’aborder l’art comme objet de résistance tout autant qu’objet de partage ; d’évoquer l’art dans l’espace public comme dans l’espace intime. Enfin, parce que pour vivre ensemble, il faut pouvoir se raconter le monde, apparaît la nécessité d’écrire de nouveaux récits partagés, de nouveaux mythes ; ceux du temps présent : où est notre Iliade? Où est notre Odyssée?

Boris Cyrulnik dialogue avec Corinne Benestroff (psychologue), Jean Faucheur (artiste plasticien), Plinio Prado (philosophe), Jean-Claude Carrière (auteur, scénariste)

Modérateur : Gérard Paquet (président de Planète Émergences

Apr
21
Apr 23

1st Urban Art Fair Paris

Carreau du Temple, 4 rue Eugène Spuller, Paris 3

Jean Faucheur invité par la Galerie du Jour Agnès b.

Dès l’ouverture de la galerie du jour, en 1984, agnès b. invite l’art de la rue, avec une première exposition des Frères Ripoulin. Les expositions se succèdent, à la galerie et parfois dans des boutiques en France ou à l’étranger. « J'ai toujours aimé les graffitis. A New York, fin 70 début 80, je me suis passionnée pour ceux qui envahissaient alors la ville et le métro. J'aime montrer à la galerie ce qui me frappe dans ce qui se passe "dehors", souligner ce qui me semble important dans cette expression furtive et déterminée. » 

Mécène et collectionneuse, agnès b. est l’une des premières à avoir soutenu l’art urbain en France et dans le monde. Elle possède de nombreuses pièces de street art dans sa collection d’art. Elle participe à de nombreux projets culturels et a été la marraine de la 9ème édition d’Urban Films Festival au printemps 2014, où le Prix agnès b. a récompensé un court métrage de la catégorie Documentaire. Elle est également la présidente de l’association La Place, qui sera le nouveau centre culturel Hip-Hop des Halles à partir de janvier 2016. C’est donc tout naturellement que la galerie du jour participe à l’Urban Art Fair.

Nov
8
Nov 28

NOV 08 Le M.U.R.XIII - Performance N°49 de Jean Faucheur

Dimanche 8 novembre 2015, 15h, Passerelle Simone de Beauvoir, 75012, Paris,

L'association Le MUR XIII est heureuse de vous convier à sa quarante neuvième performance réalisée par Jean Faucheur, il recouvrira l’œuvre d' Eltono. Tous les "M.U.R.XIII" précédents sont à retrouver sur :
www.lemur13.com
Une série de 30 sérigraphies sera éditée en partenariat avec les éditions terrain vague et seront mises en vente à 30€.

En espérant vous y voir nombreux.

Oct
23
Nov 2

InEXTERIEUR

INEXTERIEUR expo collective avec Jean Faucheur
dans le cadre du parcours privé de la FIAC

Voir catalogue en ligne: jevkproduction.com

Vernissage le 23 octobre à 21h, magasin Rochebobois
18, rue de Lyon,  Paris